Flamencas por derecho (4) : cantaoras malagueñas

vendredi 8 juillet 2022 par Claude Worms

Nous empruntons le titre de cette série d’articles, ainsi qu’une grande partie des informations biographiques et de l’iconographie, au blog d’Ángeles Cruzado Rodríguez (Flamencas por derecho) que nous ne saurions trop vous conseiller de consulter assidûment. Pour les enregistrements, nous sommes grandement redevable à Pedro Moral — Sociedad Pizarra & Flamendro.

La Antequerana — logo de l’article également

Antonia "la Malagueña

Malgré sa piètre qualité sonore, cet unique enregistrement d’une inconnue est un intéressant document sur le bouillon de culture "fandanguero" au sein duquel se sont progressivement individualisés les fandangos abandolaos malagueños, les malagueñas et les cartageneras.

Antonia "la Malagueña" : fandangos abandolaos

Antonia "la Malagueña" (ca. 1900) — guitare : Miguel Borrull.

Josefa Moreno "la Antequerana" (Antequera, 1889 - Madrid ?, années 1960 ?)

Après ses débuts en 1903 au Café La Primera de Jerez en 1903, la carrière de Josefa Moreno "la Antequerana", cantaora et guitariste, est amplement documentée par les presse jusqu’au début des années 1920 :

— 1904 : Melilla, Tanger, Málaga et Madrid (cafés cantantes : de la Marina, del Gato, de Naranjos et del Brillante).

— 1910 : selon El Heraldo Militar, elle est engagée au Salón Recreo puis au Teatro Novedades de Séville, sous le pseudonyme de Niña del Garrotín.

— 1911 : Cádiz (Ciné de la Rosa), Cordoue (Teatro-Circo Gran Capitán) et Madrid ((Café del Gato), où elle apparaît pour la première fois comme "La Antequerana". A cette occasion, El Glogo et El Heraldo de Madrid la qualifie de "seule rivale de La Niña de los Peines".

— 1912-1914 : tournées à New York, Mexico et La Havane.

— 1914 : retour à Madrid, au Café Concert Madrid avec Ramón Montoya, Salud Rodríguez "Niña del Ciego" et El Estampio, puis au Café de la Marina.

— 1916-1917 : La Corogne (Café del Puerto), Almería (Luz Éden,) La Havane, Séville (Teatro Portela) et Morón de la Frontera (arènes, avec Antonio Chacón).

— 1918 : Barcelone (Villa Rosa), Madrid (Salón Madrid, Teatro Romea, Dancing Bombilla), puis Grenade, Ronda et Tolède.

— 1920-1921 : Séville (Concert Español et Ideal Cinema).

— 1922 : à l’Ideal Rosales de Madrid, La Antequerana est à l’affiche du spectacle "Ases del arte f lamenco", avec La Rubia de Jerez, El Mochuelo, Ramón Montoya, Joaquín Rodríguez "hijo del Ciego", La Macarrona, Faíco et El Estampio.

Signe de déclin, les échos dans la presse s’epacent ensuite de plus. On signale La Antequerana au Salón Alhambra de Cordoue en 1924 et au Kursaal de Madrid en 1926. Elle en est réduite à chanter des saetas lors de la projection de films muets, pour "Rosario le cortijera" (avec La Argentina) en 1925 et "Currito de la Cruz" en 1926. En 1936, Fernando "el de Triana" s’étonne de cette mystérieuse disparition dans la notice qu’il lui consacre : "Tuvo una época en que todos esperamos que se colocara como lumbrera del cante levantino ; después, sin que se sepa por qué causa, desapareció como por encanto del mapa artístico ; además, era una guitarrista de buena escuela.". (Arte y artistas flamencos. Córdoba, Ediciones Demófilo, réédition, 1978, page 243). Selon José Blas Vega et Manuel Ríos Ruiz, qui citent un reportage du quotidien Pueblo de 1961, elle aurait été atteinte d’une bronchopneumopathie ou de pleurésie. Son médecin lui conseilla alors d’arrêter de chanter, ce qui était son unique moyen de subsistance. On rapporte qu’à la fin de sa vie, elle chantait pourtant dans les rues de Madrid, où elle serait morte au cours des années 1960.

Actuellement, La Antequerana est surtout connue pour sa composition por taranta ("Muchacha del molinete...") popularisée par Carmen Linares. Mais sa discographie prouve sa maîtrise d’un vaste répertoire, notamment des tangos/tientos et des soleares dans le style de Pastora Pavón "Niña de los Peines".

La Antequerana : Tangos/tientos 1
La Antequerana : Soleares 1 (La Serneta)
La Antequerana : Taranta 1 (Nene de las Balsas)
La Antequerana : Taranta 2 (personnelle)
La Antequerana : Tangos/tientos 2
La Antequerana : Siguiriyas (Francisco La Perla et Manuel Molina)
La Antequerana : Garrotín
La Antequerana : Cartagenera (Antonio Chacón)
La Antequerana : Soleares 2 (La Serneta)

La Antquerana (1914 et ?) — guitare : Ramón Montoya.

Emilia Cabello "la Trinitaria" (Málaga, début du XXe siècle ? - Barcelone ?, ?)

Emilia Cabello "la Trinitaria" n’a pas connu la même notoriété que sa sœur, Lola Cabello (cf. premières partie, "Tiples / cupletistas /cantaoras"). Selon Gonzalo Rojo Guerrero (Mujeres malagueñas en el Flamenco . Sevilla, Ediciones Giralda, 2004, page 311), elle se maria très jeune avec le guitariste Alfonso Aguilera, avec lequel elle enregistra une partie de sa discographie. Après un court passage par Séville, elle chante à Gérone en 1929, avec Niño de Talavera, dans le spectacle "La copla andaluza". A cours des années 1930, elle participe à diverses tournées avec des vedettes de l’époque, dont sa sœur, Pepe Marchena, Pastora Pavón "Niña de los Peines" et Petra García "Niña de Linares". Elle chante au Sevilla de Noche de Barcelone en 1941 — dernière information documentée à ce jour.

Si elle ne semble guère inspirée par les soleares, ses versions des cantes de mina et plus encore, des fandangos, sont par contre remarquables et nettement influencées par le style de Cojo de Málaga.

La Trinitaria : Fandangos 1 (El Gloria)
La Trinitaria : Taranta 1 (El Cabrerillo)
La Trinitaria : Fandangos 2 (personnels)
La Trinitaria : Media granaína (Antonio Chacón)
La Trinitaria : Soleares (Enrique "el Mellizo")
La Trinitaria : Cartagenera 1 (Antonio Chacón)

La Trinitaria (1923) — guitare : Alfonso Aguilera.

La Trinitaria : Tatanta 2 (Los Genaros)
La Trinitaria : Saeta
La Trinitaria : Cartagenera 2 (El Rojo "el Alpargatero")
La Trinitaria : Fandangos 3 (Cojo de Málaga)
La Trinitaria : Fandango 4 (de Granada) et verdial de Lucena
La Trinitaria : Fandangos 5 (Manuel Vallejo)

La Trinitaria (?) — guitare : Miguel Borrull.

Niña de Málaga

Nous ne connaissons pas les patronymes de cette énigmatique cantaora. La seule information la concernant est sa participation en juin 1930 à un concours organisé à Barcelone, la "Copa Barcelona", ou elle remporta l’un des deux prix, l’autre lauréat étant Niño de Calatrava (cf. Gonzalo Rojo Guerrero, ibid., page 209).

Niña de Málaga : Granaína
Niña de Málaga : Fandangos de Huelva
Niña de Málaga : Taranta
Niña de Málaga : Milonga

Niña de Málaga (1931) — guitare : Miguel Borrull Hijo.

Claude Worms


Antonia "la Malagueña" : fandangos abandolaos
La Antequerana : Tangos/tientos 1
La Antequerana : Soleares 1 (La Serneta)
La Antequerana : Taranta 1 (Nene de las Balsas)
La Antequerana : Taranta 2 (personnelle)
La Antequerana : Tangos/tientos 2
La Antequerana : Siguiriyas (Francisco La Perla et Manuel Molina)
La Antequerana : Garrotín
La Antequerana : Cartagenera (Antonio Chacón)
La Trinitaria : Fandangos 1 (El Gloria)
La Trinitaria : Taranta 1 (El Cabrerillo)
La Trinitaria : Fandangos 2 (personnels)
La Trinitaria : Media granaína (Antonio Chacón)
La Trinitaria : Soleares (Enrique "el Mellizo")
La Trinitaria : Cartagenera 1 (Antonio Chacón)
La Trinitaria : Tatanta 2 (Los Genaros)
La Trinitaria : Saeta
La Trinitaria : Cartagenera 2 (El Rojo "el Alpargatero")
La Trinitaria : Fandangos 3 (Cojo de Málaga)
La Trinitaria : Fandango 4 (de Granada) et verdial de Lucena
La Trinitaria : Fandangos 5 (Manuel Vallejo)
Niña de Málaga : Granaína
Niña de Málaga : Fandangos de Huelva
Niña de Málaga : Taranta
Niña de Málaga : Milonga
La Antequerana : Soleares 2 (La Serneta)




Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | info visites 12085992

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + ALTERNATIVES

RSSfr

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics