Niño Ricardo (12) : "Variaciones por granadinas"

jeudi 20 juillet 2023 par Claude Worms

Niño Ricardo nous a légué quatre compositions por granaína, dont "Nostalgia granaína" (Columbia, 1948), "Sierra nevada" (Le Chant du Monde, 1955), "Sentir de Sacromonte" (Hispavox, édition en 1969, mais enregistrement en 1958, selon Humberto J. Wilkes). De date incertaine, probablement de la première moitié des années 1940, "Variaciones por granaína" est sa première incursion dans ce palo — sans doute pas la plus aboutie (cf. "Sierra nevada"), mais singulière à bien des égards.

On y remarquera certes quelques-uns des marqueurs de l’époque : la citation rituelle d’ "Asturias" d’Albéniz (l’une des introductions favorites des guitaristes de cette génération pour l’accompagnement du cante — page 3, trois premiers systèmes) et deux clichés de rigueur depuis Miguel Borrull et Ramón Montoya — les arpèges sur les deux premiers degrés du mode flamenco sur Si d’une part (page 1, deuxième système, à page 2, troisième système), le paseo à 6/8 sur la cadence Em - D7 - C - B d’autre part (page 4, deuxième et troisième systèmes). Mais Niño Ricardo innove harmoniquement pour la falseta en arpèges avec l’usage d’un accord de D7(9)/C promis à un bel avenir (sans tierce ni quinte — page 2, deux premiers systèmes). Il nous livre d’autre part deux variations personnelles sur le paseo à 6/8 : respectivement page 4, dernier système à page 5, premier système (avec un passage par l’accord de F#7, dominante de l’accord du premier degré, B) ; puis page 6, deux derniers systèmes. La falseta de la page 5 (trois premiers systèmes) doit sans doute beaucoup à son exploration por soleá de la septième position (ici sur les accords de Em et B7).

Surtout, presque toute la pièce, à l’exception de la courte introduction et de quelques irrégularités (mesures à 2/4 et 9/8 — ces dernières dues à une répétition inopportune d’un motif sur une noire pointée), peut être écrite en mesures à 3/4 et à 6/8, sans aucun passage ad lib. — en tenant compte, évidemment, du rubato et de rares d’approximations techniques. C’est le cas dès la première falseta en arpèges, tout entière nettement à 3/4, alors que la plupart des guitaristes répètent le mécanisme de manière aléatoire. De même, les notes répétées en triolets ou sextolets de doubles croches marquent nettement le 3/4, comme le feraient des rasgueados de ponctuation (première occurrence : mesure commençant à la fin de la page 3 et s’achevant au début de la page 4). La même observation peut être faite pour les falsetas en picado, d’ailleurs d’une longueur insolite pour ce palo (notamment de la page 7, dernier système, à la page 8, troisième système). Rappelons que les granaínas, comme les malagueñas et les cantes de mina, étaient originellement accompagnées en rythme "abandolao". Le ralentissement progressif du tempo, du fait de l’ornementation proliférante du cante, avait fini par faire disparaître la sensation d’une pulsation régulière (d’où l’appellation "cantes libres"). Cette évolution était très avancée, sinon complètement achevée, à l’époque de cet enregistrement. Il apparaît donc comme une sorte de retour aux sources, peut-être délibéré, à tout le moins réminiscent de l’expérience de l’accompagnateur Niño Ricardo dont la carrière, commencée dès les années 1920, est contemporaine de ce processus.

Cette délicieuse impression d’anachronisme est encore accentuée par un véritable déluge de notes ininterrompu, sans les rallentandos et points d’orgue qui marquent d’ordinaire les "cierres" traditionnels des falsetas (glissandos Fa#/Si sur la sixième corde, suivis de la répétition de la note Si à l’unisson sur les quatrième et deuxième cordes). Le tempo effréné est peut-être dû à quelque circonstance extérieure (défaut de report de l’enregistrement matrice et/ou nécessité de "faire tenir" la pièce sur une face de 78 tours). Mais, même relativisé, il rappelle avec bonheur le jeu "corrido" (en continuité), lui aussi d’un autre temps.

Claude Worms

Compositions de Niño Ricardo disponibles sur Flamencoweb :

"Almoradi" (farruca)

Un cours particulier avec Niño Ricardo

Sept falsetas por fandango

"Seguiriyas en La" et "Rosa flamenca" (Zapateado) : Seguiriyas en La / Rosa flamenca

"Rosa flamenca" (alegrías) et "De Chiclana a Caí" (alegrías) :

Rosa flamenca / De Chiclana a Caí

"Fantasia minera" (Taranta) : Fantasía minera

"Aires gaditanos" (bulería) : Aires gaditanos

"Recuerdo a Sevilla" (serenata) et "Sevilla es mi tierra" (soleá) : Recuerdo a Sevilla / Sevilla es mi tierra

"Espeleta" (alegrías en La majeur) : Espeleta

"Gitanería arabesca" (zambra) : Gitanería arabesca

"Rocieras mañaneras" (alegrías en Sol majeur) : Rocieras mañaneras

Transcription (Claude Worms)

Variaciones por granadinas
Niño Ricardo/1º Centenario del Nacimiento de Niño Ricardo (2004)
Variaciones por granadinas

Variaciones por granadinas
Variaciones por granadinas




Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | info visites 12876064

Site réalisé avec SPIP 4.2.3 + ALTERNATIVES

RSSfr

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics