Alan Lomax en Andalousie

lundi 18 juillet 2016 par Patrice Champarou

Le site Association for Cultural Equity, qui diffuse depuis 2012 près de 17000 enregistrements réalisés par Alan Lomax, a fait l’objet d’une certaine publicité sur les réseaux sociaux depuis que Flamencoweb a mentionné son existence en mars 2016. Nous avons donc procédé à une mise à jour de la discographie annexée à cet article, et nous proposons de découvrir durant les mois d’été la précieuse collection d’archives sonores recueillie en Andalousie en 1952.

Accès direct au sommaire

LP Le séjour d’Alan Lomax dans la péninsule ibérique (1952-53) n’a duré que neuf mois, et le disque ne donne qu’un faible aperçu des enregistrements qu’il a réalisés durant son périple.
Les chants et danses recueillis en Andalousie ont été particulièrement négligés ; la sélection qui figurait sur un unique 33 tours [1] n’a pas été rééditée, aucun des 7 volumes de la série publiée par Rounder (The Spanish Recordings) [2] n’est consacré à la région, et seuls sept titres ont été retenus pour le CD Spain [3]. Raisons majeures de présenter ici l’intégralité de ces documents sonores, dans l’ordre chronologique le plus vraisemblable.

De Grenade à Séville, cette collecte finalisée en moins de trois semaines illustre la ténacité du folkloriste ;
Guardia civilen butte à l’hostilité des autorités franquistes, étroitement surveillé par la police [4] et disposant d’un budget limité, il n’aurait pu mener à bien une tâche d’une telle ampleur s’il n’avait bénéficié de quelques soutiens officiels, de conseils avisés et d’une assistance effective sur le terrain. Les commentaires enregistrés permettent souvent de percevoir cette collaboration spontanée, la complicité bienveillante des participants à qui Lomax exprime sa gratitude, ou tout simplement sa curiosité de néophyte. L’homme était souvent directif, mais cette expérience avait, de son propre aveu, profondément modifié sa vision de l’Espagne ; il s’agit d’une rencontre avec les lieux, mais surtout avec les habitants, qui l’a amené à s’intéresser pour la première fois à la photographie (voir la page du site ACE).

CD SpainLes enregistrements ont été réalisés sur un magnétophone à bandes [5] avec l’assistance de Jeannette « Pip » Bell. Ces documents, pour la plupart inédits, sont aujourd’hui accessibles sans aucune restriction sur le site de l’association sous forme de fichiers mp3 (360Kbits/s) ; ils ne sont évidemment pas libres de droits, et nous adressons nos remerciements à Don Fleming, directeur de l’association Cultural Equity, pour nous avoir confirmé que leur diffusion sur Flamencoweb ne nécessitait aucune autorisation particulière.

Le nom de chaque extrait sonore disponible est précédé du symbole ►. Certaines inexactitudes ont été corrigées, mais il reste un grand nombre de points obscurs, et toute information permettant d’affiner cette discographie sera la bienvenue. Nous devons à Claude Worms l’identification précise de la plupart des styles, et à Joss Rodriguez de précieuses informations sur l’histoire de Grenade.


Sommaire

< Cliquer pour accéder au détail des sessions >
Zambra de La Faraona Marché de San Agustín
Sacromonte (2) Grenade : pregones
Barranco de las Conejeras Gaucín (prov. de Málaga)
Tarifa (prov. de Cadíz) Feria de Jerez
Séville : documents Séville : Triana
Séville : Barrio Cementerio Coria del Rio
Cathédrale de Séville Bollullos de la Mitación
Séville : Bar Luis et environs Séville : Bormujos (1)
Bormujos : Campanilleros Bormujos et environs


Las conerejas
© Estate of Alan Lomax


1. Grenade : Zambra de « La Faraona », 4 septembre 1952

Cette première soirée au Sacromonte est consacrée à la Zambra de Rosa Amaya « La Faraona », artiste évidemment distincte de María Dolores Ruiz alias Lola Flores, qui a porté le même surnom.

Alan Lomax, commentaire
652-0-01Présentation des lieux [6]
Rosa Amaya, chant et palmas ; voix et palmas non identifiées
652-0-02Vente conmigo, capitana (tangos)
María Heredia, chant et palmas ; guitare, castagnettes, voix et palmas non identifiées
652-0-03Tangos gitanos (tangos « de Graná »)
652-0-04 - (son de cloche) [7]
María Sancisilla, chant et palmas ; Juan Amaya, guitare ; voix et palmas non identifiées
653-0-01Pepe Saba del tablao (bulerías)
Rosa Amaya, chant et palmas ; Andrés Manlagua, guitare ; voix, castagnettes et palmas non identifiées
653-0-02Primita, vamos al huerto (tangos gitanos)
Miguel Heredia « Niño de la Saeta », chant et palmas ; guitare et palmas non identifiées
653-0-03Nacen las coplas, señores (Fandangos - guitarra « por soleá »)
654-0-01 - (ambiance sonore)
654-0-02 - (Fandango del Albaycín, faux départ)
654-0-03Fandangos del Albaycín

Zambra La Faraona : guitare, bandurria, castagnettes, voix et palmas non identifiées

La Faraona
© Estate of Alan Lomax

Rosa Amaya, chant et palmas)
654-0-04Tanguillos del clavel
654-0-05 - (ambiance sonore)
Miguel Heredia, chant et palmas)
654-0-06Esta carita guapa (soleares)
654-0-07 - (ambiance sonore)
Rosa Amaya, chant et palmas)
654-0-08Tangos « de Graná » (*)
654-0-09Yo no digo que mi barca (fandangos de Huelva) (*)
655-0-01Tangos gitanos
655-0-02La mosca #1
655-0-03La mosca #2
655-0-04Casamiento gitano
655-0-05Tanguillos
655-0-06La cachucha
Loreta Manuela, chant et palmas)
655-0-07Tango merengoso
Instrumental
655-0-08Sevillanas
Rosa Amaya, chant et palmas)
656-0-01Tangos
656-0-02 - (ambiance sonore)
Manuela Cortés Santiago, chant et palmas)
656-0-03Zambra gitana
Miguel Heredia, chant et palmas ; guitare et castagnettes non identifiées
656-0-04 - (accordage)
656-0-05Gitana del Sacromonte/Se va la noche que es bella (soleares y fandango por soleá)

(*) Les plages 654-0-08 et -09 ne sont pas accessibles depuis le site de l’ACE

▲ Retour au sommaire

2. Grenade : Marché de San Agustín, septembre 1952

La première des deux bandes enregistrées sur le « vieux marché » de San Agustín pourrait correspondre à une visite antérieure au 6 septembre ; Lomax semble seul, et la foule peu nombreuse.

Manuel Muñoz Enarre, rémouleur
658-0-01Sans titre (flûte de Pan)
José Fernández, réparateur de sommiers
658-0-02 - (Pregón,extrait)
658-0-03 Pregón
Ramón Montoyanita, guitare ; Juan Santiago (-1), chant ; inconnu, palmas
658-0-04Bulerías (-1)
658-0-05Granaína
658-0-06Milonga

▲ Retour au sommaire

3. Grenade : Sacromonte, 6 septembre 1952

Seconde soirée enregistrée dans le quartier gitan, « en présence de nombreux enfants ».

Juan Ramón Otrera Amador, Rosa Amador Camacho, Morena Campos, Antonio Cortés, Hassim Cortés, Francisco Hernández Rodríguez, Juan Santiago, voix et palmas ; Lolita Rodríguez Cortés, chant et danse ; Enrique Fernández Fernández et Francisco Heredía Hernández, guitares.
659-0-01 - (ambiance sonore)
659-0-02Tangos
Enrique Fernández Fernández, chant ; Juan Ramón Otrera Amador, guitare ; voix et palmas.
659-0-03Bulerías por soleá
659-0-04 - (ambiance sonore)

▲ Retour au sommaire

4. Grenade : Marché de San Agustín, 8 septembre 1952

Cette seconde série d’enregistrements au marché de San Agustín est entièrement consacrée aux pregones ; on peut entendre Jeannette Bell et quelques assistants non identifiés inviter les commerçants à renouveler leur performance.

Trois commerçants identifiés : Carmen Marto (-1), Valentina Hago (-2) et Tomás Martínez (-3)
660-0-01 - (ambiance sonore)
660-0-02 - (id.)
660-0-03 Pregón (figues) (-1)
Pregonero 660-0-04 ► (id.) (-2)
660-0-05 Pregón (hardes) (-3)
660-0-06 Pregón (carottes et bananes)
660-0-07 ► (id.) (-3)
660-0-08 Pregón (asperges) (-2)
660-0-09 Pregón (œillets) (-3)
660-0-10 Pregón (poulets) (-3)
660-0-11 - (ambiance sonore)
660-0-12 Pregón (achat de laine)
660-0-13 Pregones (fruits et légumes) (-3), (-2)
660-0-14 Pregón (fruits) (-2)

Commerçants non identifiés
660-0-15 - (id.)
660-0-16 Pregón (journaux)
Mercado660-0-17 - (id.)
660-0-18 ► (id.)
660-0-19 Pregón (pêches et raisin)
660-0-20 - (id.)
660-0-21 - (id.)
660-0-22 Pregón (anchois)
660-0-23 - (id.)
660-0-24 Pregón (poissons)
660-0-25 Pregón (vins et vinaigre)
660-0-26 - (id.)
660-0-27 - (id.)
660-0-28 Pregón (cruches et pipes de la Rambla)
660-0-29 Pregón (patates douces)
660-0-30 Pregón (noix de coco)
660-0-31 Pregón (caramels africains)
660-0-32 Pregón (vins et vinaigre)
660-0-33 Pregón (anchois)
660-0-34 ► (id.)
660-0-35 Pregón (miel et cannelle)
660-0-36 - (ambiance sonore)

▲ Retour au sommaire

5. Grenade : Barranco de las Conejeras, 9 septembre 1952

Lomax s’est attaché à évoquer la pauvreté du quartier et la chaleur de l’accueil qu’il y a reçu, mais ce « barranco » n’a pu être localisé avec certitude,
et les clichés de 1952 n’apportent aucun élément décisif.

Parmi les hypothèses vraisemblables [8], on peut retenir un ancien terrain militaire qui était situé dans le Realejo,
au pied de l’Alhambra, ou encore le lieu-dit Las Conejeras proche du Barranco de la Zorra, où se trouvent également de nombreuses « cuevas ».

Camino de las Conejeras

Par ailleurs, selon l’ACE, les indications qui accompagnent la bande magnétique ne permettent pas de savoir si Antonio Fernández et Juan Rondón Román ont été enregistrés à Grenade, ou lors de la session suivante à Gaucín (Málaga) ; plusieurs titres figurant à la fin de cette séance sont des compositions
d’Ángel Barrios, compositeur et guitariste natif de Grenade et ami de Manuel de Falla dont l’œuvre s’inspirait du folklore andalou.

Francisco González « Niño del Gas », chant ; José Bernardo Cortés, guitare
661-0-01Vino mi hermano a llamarme (malagueña de El Mellizo)
661-0-02Si no te quiero, gitana (granaína)
661-0-03En muchos sitios de España (milonga, soleá de El Morcilla y fandango)
662-0-01Que esa mujer ya murió (malagueña de Juan Breva, version Pedro Martín « Chato de las Ventas »)
662-0-02Viva Granada (granaína)
Niño Tranca Hijo, guitare
662-0-03Zambra gitana

Adrián García Galera, laúd ; Antonio González, guitare, avec Ángel Barrios Fernández, laúd (-1), bandurria (-2) ; Antonio Mendoza, chant et palmas (-3)

Barranco de la conejeras
© Estate of Alan Lomax

663-0-03Aires de mi tierra #1 (-1)
663-0-04La Cachucha #1
663-0-05La Cachucha #2
663-0-06Zambra
664-0-01Sevillanas
664-0-02Jotas manchegas
664-0-03La Cachucha #3
664-0-04Aben-Humeya (-2)
664-0-05 - (Cachuca, extrait)
664-0-06Tango Angelita
665-0-01La reja (tanguillos) (-3)
665-0-02Tanguillos de Cádiz (-3)

Antonio Fernández, chant
665-0-03 - (Viva la tranquillidad, faux départ)
665-0-04Viva la tranquillidad (fandanguillos)
665-0-05Se acabaron los agravios (fandanguillo)
Chanteur non identifié (*)
665-0-06En el campo de Andalucía (campanilleros)
Adrián García Galera, mandoline ; Antonio González, guitare
665-0-07Tanguillo de Cádiz
665-0-08Aire de mi tierra #2 (malagueña de baile)
665-0-09Aires de mi tierra #3 (malagueña de baile)
Juan Rondón Román, chant
665-0-10Un domingo la ví en misa (cante de trilla)
Antonio Fernández, chant
665-0-11Ay, por el dinero, que no son besos de verdad (fandanguillos)

(*) Le site ACE attribue ce titre (665-0-06) à Antonio Fernández.

▲ Retour au sommaire

6. Gaucín (province de Málaga), 11 septembre 1952

Cette brève séance a été organisée par le maire de Gaucín (3000 habitants à l’époque).

Chanteur non identifié
666.0.01Romance de Manolete
Ana Toral Camague et jeunes filles non identifiées, chant, palmas
666.0.02Ay del Chiquiriquitín (villancico)
666.0.03Los caracoles
666.0.04La Pepa, la Juana, la Pili
666.0.05Brincan y bailan (villancico)
666.0.06Adiós, dulce niño
666.0.07Las mujeres de la sierra
666.0.08Piedrezuca de tu calle
666.0.09Marinero Ramírez

▲ Retour au sommaire

7. Tarifa (province de Cadiz), 12 septembre 1952

Il s’agit d’une feria locale ; Lomax qualifie l’animation de « pauvre », notant que les participants appréciaient les « fandangos à l’ancienne » et pouvaient jouer jusqu’à l’aube, mais n’étaient pas des professionnels.

Joaquín Franco, chant et bouteille d’anis ; Francisco Mena, chant et cymbales ; Francisco Herrera Nuñez, guitare ; María Benito Nuñez, chant et palmas ; voix, castagnettes et palmas non identifiées
667.0.01Fandango #1
667.0.02Fandango #2
668.0.01Venga, Juana (fandango)
Manuel González López, guitare
668.0.02Fandango de Huelva
Joaquín Franco, chant et bouteille d’anis ; acc. id.
668.0.03La Virgen va caminando (villancico)

▲ Retour au sommaire

8. Jerez de la Frontera, 14 septembre 1952

Enregistrements réalisés durant la feria d’automne ; les notes indiquent « une formation de Gitans comprenant trois guitaristes, cinq danseuses ou danseurs et deux chanteurs ».

Jerez 1669.0.01 - (échos de la feria)
Carbonero, chant ; acc. guitare, castagnettes et palmas non identifiées
669.0.02Bulerías #1
Pili de Jerez, chant et palmas ; acc. id.
669.0.03Si te llaman Dolores (bulerías)
Carbonero, chant ; acc. id.
669.0.04Bulerías #2
Guitariste inconnu
669.0.05 - (instrumental, extrait)
Carbonero, chant ; acc. id.
669.0.06Quien te ha robaíto el color (alegrías)
Juana Morales, chant et palmas ; acc. id.
669.0.07Bulerías #3
Charo, danse ; acc. id.
669.0.08Que chiquita eres (alegrías)
Jerez 2Carbonero, chant ; acc. id.
670.0.01Bulerías # 4
Pili de Jerez, chant, palmas ; acc. id.
670.0.02Ay, al de la Mercé (bulerías)
Groupe non identifié (guitare, castagnettes, palmas)
670.0.03Sevillanas
Pili de Jerez ; chant, palmas ; acc. id.
670.0.04Te llaman Dolores/Ay, rubios cabellos (bulerías)
670.0.05 - (ambiance sonore)
670.0.06 - (id.)
Carbonero, chant et palmas, acc. id.
670.0.07Me has querío parecer (fandango de Huelva)
Pili de Jerez, chant, palmas ; acc. id.
670.0.08Si quieres bailar conmigo, morena mía (bulerías)
670.0.09Bulerías #5 -1
Carbonero et Pili de Jerez, chant, palmas ; acc. id.
670.0.10Bulerías #6

▲ Retour au sommaire

9. Séville, septembre 1952

Les documents suivants ne sont pas à proprement parler des enregistrements de terrain, mais des émissions de radio enregistrées au début du séjour de Lomax à Séville, et des copies de disques prêtés par Radio-Séville. Ces deux bandes, réutilisées par la suite, indiquent la date approximative du 20 septembre, mais il est vraisemblable que le folkloriste avait mis à profit une brève période de répit
(du 14 au 19) pour établir des contacts, recueillir quelques conseils et se documenter ; ce n’est certainement pas un pur hasard qui l’a guidé dès le premier soir vers Triana (voir session suivante).

Pastora Pavón
© Estate of Alan Lomax

On ignore également à quelle date Lomax a rencontré Pastora Pavón (la Niña de los Peines) ; il ne subsiste de cette entrevue que quelques photos (voir la page)
et la transcription écrite d’un entretien, le magnétophone étant en panne.
On regrette évidemment que le folkloriste n’ait recueilli aucune trace de son chant, mais on peut douter que ce soit pour une raison technique. À peine plus de deux mois après le décès de son frère, Tomás Pavón, Pastora n’était probablement pas disposée à reprendre son activité artistique... et peut-être même Lomax a-t-il eu la délicatesse de ne pas le lui demander.

Interprètes non identifiés, chant, guitare, palmas
682-0-1Alegrías #1
682-0-2Alegrías #2
Los Gitanos de Algeciras, chant, guitare, palmas
682-0-3Fandango de Huelva
Niña de la puebla, chant ; acc. guitare et castagnettes (-1), seconde voix (-2)
691-0-1Alborada de villancicos #1 (-1)
691-0-2Alborada de villancicos #2 (-2)

▲ Retour au sommaire

10. Séville : Triana, 19 septembre 1952

Cette soirée, enregistrée selon toute vraisemblance dans le légendaire cabaret « El Guajiro », nous permet d’entendre Pastora Amaya, la première épouse tragiquement décédée du danseur Antonio Montoya Flores
« El Farruco », ainsi qu’un tout jeune Antonio Nuñez « El Chocolate », alors âgé de 21 ans. Les derniers titres (bandes 672 et 673) ont été spécialement interprétés à
la demande d’Alan Lomax.

671.0.01 - (non disponible)
671.0.02 - (ambiance sonore)
José Arillo, Antonio Sergete, chant et palmas ; guitare non identifiée ; Carmen Visuerte, danse (-1)
671.0.03Lo de menos es el quererte (cantiña)
671.0.04Es mi niña más bonita (fandangos por soleá) (-1)
Pastora Amaya, chant et palmas ; acc. id.
671.0.05Por tí la flor (soleares)
María Acevedo, danse ; chanteur non identifié ; acc. id.
671.0.06Es tan estrecha tu calle (alegrías)
Chant, guitare et palmas non identifiés
671.0.07Bulerías
El Guajiro, chant ; acc. guitare et palmas non identifiées
672.0.01Le eche a la calle (soleares)
Antonio Nuñez Montoya « Chocolate », chant ; guitare et palmas non identifiées
672.0.02 - (De mi vera te fuiste, faux départ)
672.0.03De mi vera te fuiste (siguiriyas de Manuel Molina y Joaquín Lacherna)
Pastora Amaya, chant, palmas ; acc. id.
672.0.04Chiquitita, apenas andaba (fandango por soleá y bulerías) (-1)
Antonio Nuñez Montoya « Chocolate », chant et martillo
672.0.05Nadie diga que es locura #1 (martinetes)
673.0.01Nadie diga que es locura #2 (martinetes)
El Guajiro, chant et martillo
673.0.02Nadie compra uvas (martinete y toná) (*)
Antonio Nuñez Montoya « Chocolate », chant et martillo
673.0.03 Nadie diga que es locura #3 (martinete y toná)
Pastora Amaya, chant ; acc. chants et palmas (-2)
673.0.04Mi rosarito bonita (nana)
673.0.05A baña’ me quiero ir (tangos de Triana) (-2)

(*) Le site ACE attribue cette prise à Chocolate, et la précédente à El Guajiro.

Chocolate

▲ Retour au sommaire

11. Séville : Barrio Cementerio, 20-24 septembre 1952

Lomax parle d’une « effrayante pauvreté » en évoquant ce quartier. La date est imprécise, ces chants complétant la bande enregistrée à Gaucín dix jours plus tôt.

Jeunes filles non identifiées, chant, castagnettes et palmas
666-0-10 El clavel que me diste (sevillanas)
666-0-11 Del Rocío venimos (sevillanas)
666-0-12 Es mi novio cartujano (sevillanas)
666-0-13 Rosa de Pitiminí (sevillanas)

▲ Retour au sommaire

12. Coria del Río, 20 septembre 1952

Enregistré durant la feria de Coria del Río, à 20 km de Séville, dans le pavillon des Compañeros del Rocío de Coria.

Chanteurs non identifiés, acc. flûte et palmas

Coria
© Estate of Alan Lomax

674.0.01Salen temprano #1 (sevillanas)
674.0-02 - (ambiance sonore)
674.0.03 - (fragment non identifié)
674.0.04Eres de la marisma (sevillanas)
674.0.05 - (Salen temprano #2)
674.0.06 - (ambiance sonore)
José Manuel López, flûte et tambour sur cadre ; acc. castagnettes
674.0.07Fandango de Huelva
674.0.08Salida de las carretas
674.0.09Alba y camino
674.0.10Melodía del Rocío (sevillanas)
674.0.11Compañero del Rocío (sevillanas)
Interprètes non identifiés : chant, accordéon, castagnettes ; zapateado (-1)
674.0.12Coplas (-1)
674.0.13 - (Le pusieron en Briana, extrait)
Interprètes non identifiés, chant, guitare, castagnettes, palmas
674.0.14Bulerías

▲ Retour au sommaire

13. Cathédrale de Séville, 20-21 septembre 1952

Certaines de ces pièces pour orgue, interprétées dans la Chapelle royale de la Cathédrale de Séville, se résument à de brèves interventions musicales durant l’office.

Manuel Jiménez, orgue ; prêtre et chœur non identifiés ’(-1)
675-0-01Offertoire
675-0-02 - (Sanctus) (-1)
675-0-03 - (Sanctus) (-1)
675-0-04Airs de danse non spécifiés
675-0-05 - (Benedictus, Pater Noster)(-1)
675-0-06Marche funèbre #1
675-0-07Marche nuptiale
675-0-08 - (ambiance sonore)
675-0-09Variations sur des thèmes liturgiques
676-0-01 - (ambiance sonore)
676-0-02 - (son de cloche)
676-0-03 - (ambiance sonore)
676-0-04 - (ambiance sonore)
676-0-05 - (non disponible)
676-0-06Marche de l’offertoire
676-0-07Marche funèbre #2

▲ Retour au sommaire

14. Bollullos de la Mitación, 22-24 septembre 1952

Il est possible que ces chants aient été enregistrés à Séville même, et ne fassent que se référer à la commune de Bollullos.

Chanteurs non identifiés, acc. tambour, ou palmas (-1)
680-0-01San Antonio se perdió una noche
680-0-02 - (ambiance sonore)
680-0-03Cuando salen de Bollullos
680-0-04Una hermosa corona de oro
680-0-05De Bollullos salen las carretas
680-0-06Tiene puntales (sevillanas) (-1)
680-0-07 - (ambiance sonore)*
Musiciens non identifiés, flûte, tambour
680-0-08Titre inconnu (*)

(*) Non répertoriés sur le site de l’ACE

▲ Retour au sommaire

15. Séville : Bar Luis et rues avoisinantes, 22 septembre 1952

Les musiciens chargés d’animer cette soirée étaient engagés par un certain Manuel León (Pepe de Triana), qui a invité Lomax à les enregistrer à partir de 4 heures du matin. Les enregistrements suivants ont été réalisés sur le marché, au sortir de la Casa Luis vers 8 heures.

José Chamorro Pérez, chant ; Juan Antonio Martín « El Rubio », guitare ; voix et palmas non identifiées
680-0-09 - (ambiance sonore)
680-0-10Ay no me llamarme al médico (siguiriyas de Joaquín Lacherna y Manuel Torres)
677-0-01Valientemente (soleares de Alcalá)
677-0-02Mira si soy desgracia’o (bulerías)
Lolita Arazona, chant ; acc. id.
677-0-03Tenía un cascabel (tangos de Triana)
678-0-01Ay, pena, penita, pena
678-0-02 - (annonce publique)
José Chamorro Pérez, chant ; acc. id.
678-0-03Desgraciado soy (siguiriyas de Antonio Cagancho y Curro Dulce)
- 678-0-04(annonce publique)
- 678-0-05Yo fui al entierro (serrana)
679-0-01 - (ambiance sonore)
679-0-02Viene diciendo la nieve por tu cara (serrana y siguiriya de María Borrico)
679-0-03Serían las dos de la noche (malagueña de El Mellizo)
679-0-04Del convento, las campanas (malagueña de Antonio Chacón)

Marché de Séville : pregoneros

Chanteur non identifié
© Estate of Alan Lomax

E.G. León
679-0-05Pregón (ferblanterie)
679-0-06id. (tomates)
non identifié
679-0-07id.
Juan Domínguez López]
679-0-08id. (éloge de la vigne)
Alfonso Gaviño
679-0-09id. (raisin)
679-0-10 - (ambiance sonore)
José Iglesias
679-0-11id. (haricots et courges)
non identifié
679-0-12 - (ambiance sonore)
Manuel Domínguez
679-0-13id. (achat de bouteilles)
José Domínguez
679-0-14id. (figues)
679-0-15id.
Alfonso Gaviño
679-0-16Santa Rita Bendita
679-0-17Pregón (figues et raisin)
José Martín López
679-0-18id. (charbon de bois)

▲ Retour au sommaire

16. Bormujos, 23 septembre 1952

Nous retrouvons, au début de cette série d’enregistrements réalisés à Bormujos, le pregonero Alfonso Galviño, qui interprétait
certains des titres enregistrés sur le marché de Séville.

Alfonso Gaviño, chant ; acc. percussion (-1)
681-0-01 - (faux départ)
681-0-02Lo escupen y lo abofetean (saeta)
681-0-03En la puente de Triana (saeta)
681-0-04To’ito te lo consiento (taranta de Linares)
681-0-05Taranta de Linares
681-0-06Tú no sabe’ cantar (taranta de Linares)
681-0-07Que penita/me voy a tirar al río (pregón)
681-0-08Estando en el altozano (martinetes y toná) (-1)
681-0-09 - (sans titre, fragment)
Anastasio Ruíz, chant
682-0-04Pregón (marchand de fruits ambulant)
682-0-05Saeta
682-0-06 - (Saeta Divina estrella, faux départ)
682-0-07Divina estrella (saeta)
Alfonso Gaviño, chant
682-0-08Fandangos

▲ Retour au sommaire

17. Campanilleros de Bormujos, 24 septembre 1952

Selon Miguel Ángel Berlanga, les Campanilleros sont connus dans toute l’Andalousie depuis le XVIIIe siècle, mais la présence de chanteuses au sein de ces choeurs traditionnellement masculins serait une spécificité relativement récente.
Les chanteurs s’accompagnent eux-mêmes de petites percussions : trois clochettes, un triangle et une cruche
(cántaro) dont l’embouchure est frappée avec une espadrille
ou « alpargata », ainsi que des castagnettes et du « zambomba » (membranophone à friction), éventuellement de la guitare.

Norberto Serrano Bastante, chant ; acc. voix, clochettes, triangle et cántaro
683-0-01Los pastores de Bormujos
683-0-02Esta noche se celebra
Narcisa Bartomeu Gaviño Franco , chant ; acc. id.
683-0-03Cuando viene despuntando el alba
683-0-04 - (ambiance sonore)
683-0-05La Virgen va caminando
683-0-06La Virgen va caminando (suite)
683-0-07Sagrado y celestial convite
683-0-01 - (Ambiance sonore)
684-0-03 - (Alabado y bendito/La pradera)
684-0-04 - (La pradera, faux départ)
684-0-05La pradera(sevillanas)
684-0-06 - (ambiance sonore)
684-0-07 - (id.)
684-0-08El gazpacho se perdió una noche
684-0-06 - (ambiance sonore)
684-0-09Muy temprano va la Magdalena/El labriego
Alan Lomax, commentaires et percussions ; rires et applaudissements
684-0-10 - (sans titre)
Jeunes filles non identifiées, chant, palmas
684-0-11Le dio la puerta (sevillanas)
684-0-12 - (Le dio la puerta, fragment)
Narcisa Bartomeu Gaviño Franco, chant ; acc. id.
685-0-01(El labriego que en campos de Utrera, faux départ)
685-0-02 - (ambiance sonore)
685-0-03El labriego que en campos de Utrera
685-0-04Se antojo a la Virgen
685-0-05Como viene despuntando el alba
685-0-06 - (ambiance sonore)
685-0-07En Bormujos la Virgen María
685-0-06 - (Ambiance sonore)
685-0-08 - (Los pastores de Bormujos, faux départ)
685-0-09Los pastores de Bormujos

▲ Retour au sommaire

18. Bormujos et environs, 24 septembre 1952

Bien que théoriquement enregistrée le même jour que les Campanilleros, cette session se démarque de la précédente par son intimité, et l’intensité du cante « a palo seco ».
 


© Estate of Alan Lomax

Alfonso Gaviño (-1), Anastacio Ruiz (-2), chant, palmas ;
chanteurs non identifiés (-3)
686-0-01Ya se va la noche (fandangos) (-1), (-2)
686-0-02 - (Bulerias, fragment) (-1)
686-0-03Si voy a la fuente (alegrías) (-2)
686-0-04Aquella campana triste (malagueña de Antonio Chacón) (-2)
686-0-05Taranta de Linares (-2), (-3)
686-0-06Entre los dos (malagueña de Antonio Chacón) (-1), (-3)
686-0-07Un barrio que hay en Sevilla (bulerías) (-2), -3)
686-0-08Claveles (bulerías) (-1), (-2), (-3
686-0-09Con los rincones (bulerías por soleá de Maria La Moreno) (-1)
687-0-01No te acuerdes más de mi (fandangos) (-1), (-2)
687-0-02Como lo sabe cantar (fandangos de Huelva) (-1), (-2)
687-0-03 Cantes de trilla (-2), (-3)
687-0-04Aquella campana triste/Que tienes con mi persona/No me quiero acordar (malagueña de Antonio Chacón y Juan Beva (-1), (-2), (-3)
688-0-01Todo el mundo tiene puerta (seguiriyas) (-1), (-2)
688-0-02Ay, pa’ la sierra (serrana) (-1), (-2), (-3)
688-0-03 - (ambiance sonore)
688-0-04 - (copie de 688-0-02)
688-0-05Viva Jérez, viva Cadiz (alegrias) (-2), (-3)
688-0-06Fandango #3 (-2), (-3)
688-0-07Por que no me dio la gana (verdial de Lucena) (-1), (-2), (-3)

Les derniers enregistrements (689-0-01 à -09) ont été réalisés dans une ferme proche de Bormujos.

Miyón Astroe, Josefa Vazquez Azevedo, chant.
689-0-01Cuando viene despuntando el alba *
689-0-02Alevanta, jardinera hermosa *
689-0-03La joven desgraciada
689-0-04 - (ambiance sonore)
689-0-05Sombrero negro (sevillanas)
689-0-06Tienes una cinturita (sevillanas)
Canaria Romero, chant
689-0-07Mi niña tiene sueño (nana)
Francesca Gaviño, chant
689-0-08A dormir la rosa (nana)
Canaria Romero, chant
689-0-09A dormir va mi niña, a dormir va la rosa (nana)

(*) Ces deux morceaux sont présentés comme « chants de travail – chants de cueillette des olives ».

▲ Retour au sommaire

[1Songs And Dances Of Spain, Volume 3 : Jerez And Seville – Westminster ‎W-9804 (12003)

[2The Alan Lomax Collection : The Spanish Recordings.

  • Galicia (CD Rounder 1761)
  • Aragón and Valencia (CD Rounder 1762)
  • Extremadura (CD Rounder 1763)
  • Mallorca : The Balearic Islands (CD Rounder 1769)
  • Ibiza and Formentera : The Pityusic Islands (CD Rounder 1770)
  • The Basque Country : Biscay and Guipúzcoa (CD Rounder 1772)
  • The Basque Country : Navarre (CD Rounder 1773)

[3World Library of Folk and Primitive Music, Vol. 4 : Spain (CD Rounder 11661/1744-2)

[4Voir John Szwed : The Man Who Recorded The World - William Heinemann, 2010.

[5L’index de chaque titre correspond aux numéros de la bande, de la piste et de la plage. Par exemple, 656-0-05 signifie : bande 656, piste 0 (enregistrement pleine piste stéréo), cinquième plage. Il s’agit d’une indication chronologique généralement fiable, mais il est probable que les bandes étaient pré-numérotées, comme l’étaient les disques d’aluminium utilisés par John et Alan Lomax dans les années 1930. Il arrive donc que certaines bandes, ou fins de bandes laissées vierges, ne correspondent pas à l’ordre d’utilisation.

[6« Nous sommes à Grenade, au Sacromonte, durant la première semaine de septembre. Il fait encore chaud, mais ce soir on sent déjà dans l’air la fraîcheur de l’automne. Dans l’obscurité, des badauds gênent le passage, bientôt les touristes iront chanter au clair de lune. Mais pour l’instant, nous nous trouvons dans le patio de La Faraona. » (Alan Lomax, 4 septembre 1954)

[7Cet extrait sonore provient de la session réalisée à Bormujos le 24/9 (Campanilleros).

[8Le seul Barranco de las conejeras situé dans la province de Grenade se trouve dans la Sierra Nevada, près de Lanteira. Pour les deux hypothèses qui concernent Grenade intra-muros, voir Ángel Pérez Casas : Los gitanos y las cuevas, en Granada - Gazeta de antropología, 1982.





Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | info visites 11679256

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + ALTERNATIVES

RSSfr

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics