José Sorroche : "Sorroche" / "Sudor, simiente y surco"

dimanche 26 avril 2020 par Claude Worms

José Sorroche : "Sorroche" - EP RCA 3-211 32, 1971

José Sorroche : "Sudor, simiente y surco" - LP Zafiro ZL-189, 1976

Né en 1942 à Almería, José Sorroche Gásquez "Pepe Sorroche" commence à chanter à dix ans dans les choeurs folkloriques "Coros y Danzas de Educación y Descanso". Cependant, il s’ intéresse très vite au cante flamenco, et obtient dès 1963 un premier prix au "Concurso de Cante Jondo de Radio Almería". Mais c’ est le premier prix "por Malagueñas y cantes de Levante" (ainsi qu’ un second prix "por Soleá"), du "Concurso de Arte Flamenco" de Córdoba (1968) qui assure définitivement sa réputation. Au cours des années 1970, il est régulièrement à l’ affiche de tous les grands festivals andalous.

Ayant abandonné sa carrière professionnelle dans les années 1980 (mais non le cante, qu ’il continue à pratiquer assidûment, notamment à la Peña "Los Tarantos", dont il est cofondateur, et où il sera le premier à présenter Tomatito en public en 1972), José Sorroche est revenu sporadiquement à la scène depuis une décennie, notamment avec le groupe "Jara", qu’ il a fondé, et dans lequel danse sa fille, Lucía.

La discographie de José Sorroche a suivi cette carrière à éclipses. Après un dernier album pour Zafiro en 1978 ("Sorroche", Novola/Zafiro ZLF-832 - guitare : Jesús Miranda et José Carmona "Habichuela"), il ne revient en studio que vingt ans plus tard pour participer à une anthologie (cantes de Pedro "el Morato" et fandangos de faena) : "Cantes de Almería" (Diputación Provincial de Almería CDA. 120 8, 1998 - guitare : Niño de la Manola). Son dernier disque en date remonte à 2003 : "Homenaje a José Sorroche : memoria y luz" (Diputación Provincial de Almería/DJ Producciones CDN 097 - guitare : Tomatito, Niño de la Manola, Niño de las Cuevas).

Malgré le très mauvais état du premier EP, nous pensons que son intérêt documentaire justifie cette édition en Mp3. José Sorroche s’y révèle dès son coup d’essai comme un disciple de Fosforito très averti, entre autres dans le taranto, et le tiento (premier cante) et la soleá (deuxième cante) d’Antonio Frijones. D’autre part, il s’agit de l’un des premiers (sinon du premier) témoignages discographiques de Juan et Pepe Carmona "Habichuela" en duo - Pepe n’est pas mentionné dans les crédits du disque... "Sudor, simiente y surco" poursuit dans la même voie, avec des tournures plus personnelles dans la cartagenera, les rondeñas, les tarantos, les siguiriyas et un curieux arrangement des temporeras, sur un compás subliminal de siguiriya et avec des intermèdes de guitare entre mariana et cabal.

Claude Worms

Programme des disques

"Lo que pasa por mi mente"
"Tres cosas son menester"
"Si martirio a mí me dieran"
"’Mare’ y cuna del taranto"

"Sorroche" - José Sorroche (chant) / duo Juan et Pepe Carmona "Habichuela" (soleares et tientos) / Juan carmona "Habichuela" seul (taranto) / Pepe Carmona "Habichuela" seul (taranta)

"Lo que pasa por mi mente" (soleares) / "Tres cosas son menester" (taranta) / "Si martirio a mí me dieran" (tientos) / "’Mare’ y cuna del taranto" (taranto)

"En la brisa huyendo"
"En sueños lo oí decir"
"Soy tronco y soy la rama"
"En muerte creciendo"
"Que aún huele a su sudor"
"Cadenas se van rompiendo"
"Y estoy viviendo sin ti"
"Taranto de luz y viento"
"Con este empeño mío"
"Sudor, simiente y surco"

"Sudor, simiente y surco" - José Sorroche (chant) / Pepe Carmona Habichuela (guitare) / Pepe Funde (guitare : tangos)

En la brisa huyendo" (tangos) / "En sueños lo oí decir" (soleares - La Serneta) / "Soy tronco y soy la rama" (peteneras) / "En muerte creciendo" (cartagenera) / "Que aún huele a su sudor" (rondeñas) / "Cadenas se van rompiendo" (tientos) / "Y estoy viviendo sin tí" (granaínas) / "Taranto de luz y viento" (tarantos) / "Con este empeño mío" (siguiriyas - Tomás "el Nitri", Francisco La Perla et Manuel Molina) / "Sudor, simiente y surco" (temporeras)


"Si martirio a mí me dieran"
"Tres cosas son menester"
"Lo que pasa por mi mente"
"En sueños lo oí decir"
"En la brisa huyendo"
"’Mare’ y cuna del taranto"
"Soy tronco y soy la rama"
"En muerte creciendo"
"Que aún huele a su sudor"
"Cadenas se van rompiendo"
"Y estoy viviendo sin ti"
"Taranto de luz y viento"
"Con este empeño mío"
"Sudor, simiente y surco"




Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | info visites 11005600

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + ALTERNATIVES

RSSfr

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics