José Antonio Rodríguez : "Calahorra"

mardi 12 août 2014 par Claude Worms

José Antonio Rodríguez : "Calahorra" - LP Cajasur / Fonoruz D 126, 1985

Encore des archives sonores ! C’est que la torpeur estivale, avant le grand rush vers Séville et sa Biennale, nous laisse quelques loisirs, le temps et la tentation de revenir à un passé... pas si lointain dans le cas présent. Inexplicablement, "Calahorra" le premier enregistrement de José Antonio Rodríguez (Córdoba, 1964) n’a toujours pas à ce jour été réédité en CD, pas plus d’ailleurs que le deuxième, "Callejón de las flores" (1989). Ce dernier a cependant fait l’objet d’une réédition partielle, sous le titre "Tres guitarras flamencas", avec des extraits des premiers LPs de Manolo Franco et de Quique Paredes - Pasarela CDP 1/520, 1991. Il faut croire que pour ce label, aucun de ces guitaristes ne méritait une réédition intégrale. Nous vous proposons donc quatre bonnes feuilles de ce "Calahorra" : il va sans dire que nous retirerions avec grand plaisir, et grande célérité, le présent article dans le cas malheureusement improbable où notre initiative éveillerait quelques velléités éditoriales chez ses légitimes propriétaires

Une malédiction semble d’ailleurs peser sur les premiers opus des participants au fameux concours de la Biennale de Séville de 1984, le premier (et unique) "Giraldillo del Toque". Le "Aljibe" de Manolo Franco a dû attendre une initiative courageuse des Editions Acordes Concert (réédition couplée avec les transcriptions intégrales des six titres de l’album), le "Juego de niño" de Rafael Riqueni (1986) l’année 2000 (et toujours pas de réédition en vue du deuxième, "Flamenco", de 1987), le CD "Alurican" de Pedro Bacán (Le Chant du Monde CM 211, 1989) est introuvable depuis des lustres... Le concours marquait l’émergence de la "génération 1960", la première après le triumvirat Serranito / Manolo Sanlúcar / Paco de Lucía, avec un trio "de lujo". Si Gerardo Nuñez (Jerez, 1961) n’était pas au rendez-vous du Giraldillo sévillan, Manolo Franco (Séville, 1960), Rafael Riqueni (Séville, 1962) et José Antonio Rodríguez y étaient, sans compter Paco del Gastor (Morón de la Frontera, 1944), Pedro Bacán (Lebrija, 1951), Tomatito (Almería, 1958)... ¡Vaya concurso ! Et quel jury : Mario Escudero, Juan Habichuela, Serranito, Manolo Sanlúcar et Paco de Lucía ! Superbe et très symbolique passage de témoin entre deux générations, que Manolo Franco remporta finalement, sans doute parce qu’il fut crédité de la meilleure "moyenne" sur les trois disciplines obligatoires (accompagnement de la danse, accompagnement du chant et guitare soliste).

Photos : Lamofoza Arti Photos

Mais trêve de digression. Une fois n’est pas coutume, pour décrire le style du jeune José Antonio Rodríguez de 1985, nous cèderons la plume au regretté Felix Grande, auteur des très poétiques et évocatrices notes de présentation du LP.

Claude Worms

"La música flamenca de José Antonio Rodríguez parece estar compuesta muy poco antes de que se acabe el día y, al mismo tiempo, un instante después de que empiece la noche. Escuchamos en ella la delicadeza de la tarde que se termina, junto con el misterio de la noche que ya ha comenzado a latir. Y en esa unión de claridad y de enigma, en ese contraluz de luminosa oscuridad, la música de este joven artista alcanza una suave contundencia a la que hemos de denominar por su nombre : el estilo (...) Sus bordones solemnes y carnales, sus arpegios limpísimos, y esa serenidad apasionada que puede conseguir la juventud únicamente socorrida por la templanza y la sabiduría, edifican una de las creaciones más elegantes que hoy es dado escuchar en el emocionante universo de la guitarra. Para redactar sonidos memorables, a este artista no le estorba la juventud, pues la edad de su música contiene un enorme respeto a todos los creadores de música flamenca que le han antecedido, junto con un respeto puntual a lo que la guitarra flamenca habrá de ser en el futuro (...)."

Programme

José Antonio Rodríguez : composition et guitare

"Cuenca minera" (Taranta)

"A San Rafael del Puente" (Alegrías de Córdoba)

"Duende y majestad" (Soleá)

"Mi sentimiento" (Farruca)


"Cuenca minera"
"A San Rafael del Puente"
"Duende y majestad"
"Mi sentimiento"




Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 6388444

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

RSSfr

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics