Antonio Rey : "A través de tí"

Karonte KAR 7720

mardi 19 février 2008 par Claude Worms

Jeune guitariste né en 1981, Antonio Rey, comme beaucoup des artistes de sa génération, a déjà à son actif une brillante carrière. Formé par son père Toni Rey (guitariste et cantaor), il travaille dès l’ âge de 10 ans avec lui dans des tablaos et des théâtres mexicains. De retour en Espagne, il est engagé dans diverses compagnies de danse, dont celles de Manuela Carrasco, Antonio Canales, et Farruquito. Il obtient le premier prix du concours de La Unión en 2001, puis celui du concours de Jerez en 2004, et enchaîne depuis les tournées avec sa propre formation.

Le style d’ Antonio Rey est clairement marqué par l’ influence de Gerardo Nuñez (sensible dès le premier titre, la Rumba "A través de tí"), qui produit d’ ailleurs ce premier disque, enregistré dans son studio. Saluons au passage le généreux soutien apporté par Gerardo Nuñez à de jeunes guitaristes (Ramón Jímenez, Jesús de Rosario...) dans un milieu où la concurrence acharnée reste trop souvent la règle. L’ empreinte de Nuñez est manifeste tout au long de l’ enregistrement : technique, harmonisation, carrure des thèmes, arrangements, prise de son et mixage, et structure des compositions (la fin improvisée à deux guitares, avec David Cerreduela, de la Bulería "Con mi amigo y maestro David Cerreduela", rappelle celle de "El gallo azul" ; la conception cyclique des Tanguillos "Cajita de música" évoque "Puente de los alunados", même si le thème mélodique en est très différent...). Ce n’ est donc pas un hasard si Antonio Rey cite fugitivement "A Gill Evans", de "Flamencos en Nueva York", dans la Bulería "Tacones y bordones", interprétée cette fois en duo avec Diego del Morao (les compositions sont en même position, la cinquième, dans le programme des deux albums : hasard, ou clin d’ oeil ?). Au chapitre des citations, l’ auditeur attentif pourra aussi découvrir une discrète allusion à "La catedral", d’ Agustín Barrios, dans la Taranta "Recuerdos".

Qu’ on ne se méprenne cependant pas : loin d’ être un simple épigone, Antonio Rey est un compositeur original, de forte personnalité, et "A travès de tí" n’ est pas une simple carte de visite, mais une oeuvre aboutie, qui offre une étonnante diversité de climats et de techniques de composition. C’ est la richesse de l’ invention rythmique qui frappe d’ abord, non seulement dans les trois Bulerías (tellement différentes que, pour une fois, on ne regrettera pas la prédominance de cette forme), mais aussi dans la Siguiriya (la démonstration y est particulièrement éblouissante), la Soleá, et, plus étonnant, dans les deux "toques libres" du programme (Rondeña et Taranta). Antonio Rey dispose de la technique nécessaire (vélocité, et surtout clarté et précision exemplaire des attaques), qui n’ est pas ici une fin en soi, mais le moyen de rendre immédiatement intelligibles les phrasés les plus complexes.

Le style d’ Antonio Rey peut être définie comme une esthétique du contraste : de dynamiques, de registres, de divisions de la pulsation, de techniques de main droite ( par exemple, de brèves et incisives percées de picados ou de trémolos éclairant brusquement de sombres mouvements de basses)... Le risque d’ une incohérence du discours musical est cependant toujours écarté par la logique des progressions harmoniques, et par la rigueur de la conduite mélodique (notamment par les réponses dans les basses, en marches harmoniques, aux fragments mélodiques du registre aigu, qui donnent la sensation de développements polyphoniques). La Rondeña, la Taranta, et la Soleá, sont de ce point de vue particulièrement remarquables : on songe par instants aux "Préludes" de Debussy.

On saura gré aussi à Antonio Rey de ne pas détruire l’ atmosphère recueillie de la Rondeña et de la Taranta par des codas rythmiques hors de propos (por Bulería, Jaleo...), comme c’ est trop souvent le cas dans le toque contemporain. On retrouvera le même bon goût dans le dosage des interventions du cante (Guadiana et El Londro, dans deux Bulerías) et du taconeo (Farruquito), les arrangements (Pablo Suarez - piano, Irapoan Freire - trompette, et Ramiro - flûte : Rumba et Tanguillos ; et Bernardo Parrilla - flûte, qui colore subtilement les reprises des thèmes principaux de la Siguriya et de la première Bulería), et surtout dans le soutien impeccable de la "section rythmique" ( Yélsi Heredía - basse ; Joaquín Migallón, Sabú, Cepillo, et Paquito Sanlúcar - percussions).

"A través de tí" est à notre avis le meilleur disque de guitare flamenca produit depuis "Bordón de trapo", de Miguel Ángel Cortés ("Memoria", de Miguel Ochando, est d’ une tout autre nature : un hommage aux compositions de grands maîtres du passé). Pepe Justicia ("Trece noches"), Miguel Ángel Cortés, et maintenant Antonio Rey : le label Karonte a décidément bon goût...

Claude Worms


Antonio Rey / Soleá




Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 7885690

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

RSSfr

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics