Juan Maya "Marote" : "Soleá Maya"

mercredi 17 février 2021 par Claude Worms

Transcription intégrale de la composition de Juan Maya "Marote"

Comme Juan Carmona "Habichuela", Juan Santiago Maya "Juan Maya ’Marote’" (1936 / 2004), frère du bailaor Manolete, a commencé une carrière de danseur dans les Zambras du Sacromonte. Initié à la guitare par son grand-père, il débute en tant que tocaor, à 18 ans, avec Rafael Farina, travaille au tablao madrilène "Torres Bermejas" de 1960 à 1965, puis se spécialise dans l’ accompagnement du baile, successivement dans les troupes de Carmen Amaya, Antonio Gades, Manolo Vargas, María Rosa, et Manuela Vargas, et dans le "Ballet Nacional de España". Il a également collaboré avec Trini España, El Güito, La Tati, et Manuela Carrasco, et a même dirigé sa propre compagnie.

Sa discographie, réduite, dispersée, et chichement rééditée, n’ est malheureusement pas à la hauteur de son immense talent : quelques EPs, essentiellement des années 1960 / 1970, avec des cantaores souvent mineurs (Carmelilla del Monte, María Gómez, María la Canastera (Zambra du Sacromonte), "Niño de Osuna", et Guzmán Alvea). Nous retiendrons surtout ses enregistrements avec La Paquera de Jerez (avec Manolo Sanlúcar – LP Vergara, 1967), Fosforito (avec Juan Carmona "Habichuela" et Alberto Vélez) – "El cante de Fosforito", LP Belter, 1966), et Fernanda et Bernarda de Utrera. Ce dernier disque est le seul qui soit actuellement aisément accessible (réédition en CD, 1993 : "El cante de Fernanda y Bernarda de Utrera" – LP Hispavox 1970). En solo et en duo, on pourra l’écouter dans trois albums :

• EP Zafiro, 1965 : avec Juan Carmona "Habichuela" – taranto, bulerías, siguiriya, et soleá (à quand sa réédition ?).

• CD, collection "Cultura Jonda", volume 16, "Atrás con soniquete : los tablaos", Fonomusic, 1997 : deux duos avec Emilio de Diego por des chorégraphie d’Antonio Gades – bulerías et farruca.

• CD "Festival Flamenco Gitano", ACT 1992 ; ou "The Art of Flamenco", Emoción, 1993 – soleá.

Le style de Juan Maya "Marote", très lié à sa longue expérience de l’ accompagnement du baile, est essentiellement rythmique et dynamique. Il est basé sur une technique de pouce d’ une précision, d’ une vélocité, et d’ une puissance hallucinantes, et sur un usage intensif d’ une technique de rasgueados en "abanico" dont il est le créateur, et qui a fait école (résultant vraisemblablement d’ une lésion des doigts de la main droite qui l’ empêchait de pratiquer les techniques de rasgueados traditionnelles avec la puissance nécessaire).

"Soleá Maya" est une pièce extraite d’un disque de Carmen Amaya, intitulé "¡ Furia !" (LP Decca DL 79094, 1961). Pas de difficulté majeure, mais le "peso" et l’art de l’articulation de Juan Maya "Marote" sont inimitables, malheureusement pour nous.

Claude Worms

Transcription (Claude Worms)

NB : l’attaque butée est très importante pour obtenir la densité sonore indispensable à l’interprétation de cette pièce. Nous l’indiquons par des majuscules (I, M, A).

Soleá / 1
Soleá / 2
Soleá / 3
Soleá / 4
Soleá / 5
Soleá / 6
Soleá / 7
Soleá / 8
Soleá / 9
Soleá / 10
"Soleá Maya"

Soleá / 2
Soleá / 1
Soleá / 3
Soleá / 4
Soleá / 5
Soleá / 6
Soleá / 7
Soleá / 8
Soleá / 9
Soleá / 10
"Soleá Maya"




Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | info visites 11462616

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + ALTERNATIVES

RSSfr

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics