Niño Ricardo : une leçon de fandangos

jeudi 2 février 2023 par Claude Worms

Sept falsetas por fandango, de et par Niño Ricardo.

Avec Manolo de Huelva et, vraisemblablement, leur maître commun Javier Molina, Manuel Serrapí "Niño Ricardo" fut l’un des principaux créateurs du toque por fandango tel que nous le connaissons actuellement. De la fin des années 1920 à son décès en 1972, il a enregistré des centaines de fandangos avec la plupart des grands spécialistes du genre. Par contre, une seule composition tardive pour guitare soliste, "Marisma de Huelva" (1958, édition par Hispavox en 1969), figure dans sa discographie — transcription par nos soins dans le recueil "Études de style. Niño Ricardo", Play Music Publishing, 2010.

Les fandangos ont longtemps été adaptés au rythme "abandolao", en mesure et carrure harmonique interne à 6/4. La grande innovation de Niño Ricardo est d’avoir systématisé la superposition d’une carrure harmonique binaire interne (3/2) au rythme externe ternaire (6/4), qui correspond à la battue du pied usuelle. Ce procédé coexiste avec l’ancien accompagnement "abandolao" jusque tard dans les années 1930, mais finit par se généraliser ensuite et par devenir la norme non seulement pour les fandangos de Huelva (accompagnement et falsetas) mais aussi pour les falsetas en introductions et intermèdes des fandangos ad lib. — moyennant dans ce cas un rallentando final pour donner l’entrée au cante.

Niño Ricardo construit ses falsetas par improvisation modulaire. L’écoute des sept exemples montés en boucle vous permettra rapidement d’identifier ces modules, en nombre restreint, qu’il agence en ordre variable et moyennant de légères variantes, selon, entre autres, la position du capodastre qui limite plus ou moins la main gauche — cf., introduction en accords plaqués de la falseta n°1, simplification en première position de l’une de ses entrées en matière les plus célèbres. La plupart de ces modules occupent un espace de six temps, sur une structure (4 temps mélodiques + 2 temps de pause harmonique, souvent marquée par des basses octavées) qui inverse celle du compás en rasgueados (2 + 4). Cette structure sous-jacente peut éventuellement être masquée par la poursuite du mouvement mélodique sur les deux temps de la pause harmonique. Seuls le compás en rasgueados et, moins systématiquement, les remates, occupent 12 temps insécables. Les guitaristes comme les cantaore(a)s pensent les phrasés des falsetas et des cantes par groupes de 6 temps (medios compases), sans que leur somme soit tenue de mener à un total de x fois 12 temps. Le cierre conclusif sur l’accord du premier degré occupe les temps 9 à 12, ou 3 à 6 selon le nombre de medios compases — pour plus d’informations sur ces notions théoriques, cf. Les fandangos.

Nous écrivons donc nos transcriptions selon ce principe, en mesures à 3/2. Chaque mesure correspond aux temps 1 à 6 ou aux temps 7 à 12 du compás, là encore selon le nombre de medios compases — inutile de vous en préoccuper, puisque les falsetas sont pensées en groupes de six temps. Actuellement, le cadrage des falsetas tend à être standardisé : sauf anacrouse naturellement, entrée sur le temps 11 pour les falsetas fondamentalement harmoniques (arpèges et alzapúa notamment) ; entrée sur le temps 1 pour les falsetas mélodiques (picado, pouce buté), qui adoptent logiquement le cadrage du cante. Mais tel n’était pas encore le cas à l’époque de Niño Ricardo et de ses contemporains. Aussi vous conseillons-nous, une fois le déchiffrage et la mémorisation achevés, de toujours travailler les falsetas en les enchaînant à des compases en rasguedos, la durée du dernier étant modifiée en fonction du cadrage. Pour vous faciliter le travail, nous vous donnons le temps d’entrée dans le compás de chaque falseta : n° 1 : temps 9 ; n° 2 : temps 11 ; n° 3 : temps 11 ; n° 4 : temps 9 ; n° 5 et 6 : temps 2 ; n° 7 : temps 11.

Nos sept exemples regroupent la plupart des modules por fandango de Niño Rcardo, qui sont devenus le patrimoine commun de tous les guitaristes flamencos des générations postérieures. Il va sans dire que nul ne peut prétendre jouer por fandango sans les connaître.

Claude Worms

Compositions de Niño Ricardo disponibles sur Flamencoweb :

"Seguiriyas en La" et "Rosa flamenca" (Zapateado) : Seguiriyas en La / Rosa flamenca

"Rosa flamenca" (alegrías) et "De Chiclana a Caí" (alegrías) :

Rosa flamenca / De Chiclana a Caí

"Fantasia minera" (Taranta) : Fantasía minera

"Aires gaditanos" (bulería) : Aires gaditanos

"Recuerdo a Sevilla" (serenata) et "Sevilla es mi tierra" (soleá) : Recuerdo a Sevilla / Sevilla es mi tierra

"Espeleta" (alegrías en La majeur) : Espeleta

"Gitanería arabesca" (zambra) : Gitanería arabesca

"Rocieras mañaneras" (alegrías en Sol majeur) : Rocieras mañaneras

Transcriptions (Claude Worms)

Falseta n°1 : avec Enrique "el Culata" / falseta n° 2 : avec Manolo Caracol / falseta n° 3 : avec Enrique Morente / falsetas n° 4 à 6 : avec Porrina de Badajoz / falseta n° 7 : avec El Chocolate.

Niño Ricardo / fandangos
Niño Ricardo / 7 falsetas por fandangos

Niño Ricardo / fandangos
Niño Ricardo / 7 falsetas por fandangos




Accueil | Contact | Plan du site | Espace privé | info visites 12398250

Site réalisé avec SPIP 3.2.7 + ALTERNATIVES

RSSfr

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics