Hommage à Melchor de Marchena (1907 / 1980)

La voix singulière d’ un rénovateur de l’ accompagnement du cante.

vendredi 22 février 2008 par Claude Worms

Le centenaire de la naissance de Melchor de Marchena est passé à peu près inaperçu. Seuls l’ hommage de sa ville natale, et une conférence de Norberto Torres au récent festival de Nîmes, nous ont rappelé la dette immense du cante et du toque vis à vis de l’ un des plus grands accompagnateurs de l’ histoire du flamenco.

Navigation rapide

Melchor Jiménez Torres "Melchor de Marchena" (Marchena, 1907 / Madrid, 1980) est le plus illustre artiste d’ une dynastie gitane très "flamenca". Son père, "El Lico", fut aussi un notable guitariste ; "La Josefita", sa mère, était une cantaora renommée ; et l’ une de ses tantes, "La Gilica de Marchena", a créé un cante por Soleá. Deux frères de Melchor, Miguel "El Bizco" et "Chico Melchor", furent aussi guitaristes. La tradition familiale est brillamment poursuivie par Enrique Jiménez Ramírez "Enrique de Melchor", l’ un des meilleurs accompagnateurs et concertistes contemporains.

La carrière de Melchor de Marchena commence dans les années 1930. Il devient alors le guitariste attitré de Tomás Pavón et Pastora Pavón "Niña de los Peines", dont il accompagne les derniers cantes enregistrés (1947 avec Tomás ; de 1946 à 1950 avec Pastora). Après la Guerre Civile, il est engagé dans les compagnies de Concha Piquer et de Manolo Caracol (avec lequel il enregistrera les deux LPs d" une "Historia del cante flamenco" : Hispavox, 1958), puis devient le premier guitariste de la troupe d’ Antonio (LP "Antonio : genio y duende flamenco", Columbia, 1967 : avec Currito de Jerez et Enrique de Melchor - guitare, et Chano Lobato et Sernita de Jerez - cante). Résidant à Madrid, il travaille jusqu’ en 1970 au tablao "Los Canasteros", dont il est le premier guitariste.

Mais c’ est surtout son étroite et longue collaboration discographique avec Antonio Mairena qui assure définitivement sa notoriété : initiée en 1959 à l’ occasion de l" Antologia del cante flamenco y cante gitano" (LPs Columbia) dirigée par Mairena (si l’ on excepte des cantes non commercialisés de 1952, réédités par Pasarela en 1988 : "Antonio Mairena y Juanito Mojama : grandeza y dulzura del cante"), elle se poursuivra jusqu’ en 1976 ("Esquema histórico del cante por Seguiriyas y Soleares", LP Zafiro). Parallèlement, il enregistre abondamment avec les artistes liés à l’ esthétique d’ Antonio Mairena, notamment Curro Mairena, Manuel Mairena, Luis Caballero, et surtout José Menese, qui lui doit une bonne part de sa formation (de 1963, premier EP de Menese pour RCA, à "Renuevos de cantes viejos", LP RCA, 1970).

Le style de Melchor de Marchena, tel qu’ on peut l’ entendre dans ses premiers enregistrements avec Tomás et Pastora Pavón, est nettement marqué par les influences de Niño Ricardo et Manolo de Huelva, en particulier pour les "cantes festeros", et singulièrement pour les Bulerías (pour ces dernières, il restera fidèle aux courts traits incisifs en "picado", à la manière de Manolo de Huelva, jusqu’ à la fin de sa carrière). On pourra cependant déjà remarquer la vélocité de sa technique de pouce / index alternés (l’ équivalent de notre actuelle "alzapúa"), par laquelle il se montre plus proche de Manolo de Badajoz, puis de Manuel Morao (Tangos, Soleá, Soleá por Bulería, Siguiriya...).

Mais c’ est par l’ accompagnement du cante que son style va évoluer. Il est l’ un des premiers à utiliser abondamment les silences, les contrastes d’ intensité, et le rubato (souvent pour dissimuler les éventuelles défaillances de compás du cantaor, avec une intuition exceptionnelle). Ces caractéristiques de son accompagnement vont progressivement modifier l’ esthétique de ses falsetas. Elles présenteront dès lors un contraste singulier entre le conservatisme de leur conception musicale (jeu fréquent en première position, accords fondamentaux, variations sur les "paseos" traditionnels...), et la modernité de la texture et de l’ interprétation (contrastes de dynamique et d’ agogique, silences, léger vibrato sur les notes tenues, brusques interruptions du son, ou "apagado"...). Ajoutons à cette conception originale du toque une sonorité immédiatement identifiable, fondée elle aussi sur une alliance des contraires : son métallique (les cordes sont très proches du diapason), mais douceur et clarté du jeu (par des attaques très maîtrisées). Tout cela rend très aléatoire la transcription rythmique des falsetas de Melchor de Marchena. Nous nous sommes efforcés de les rendre intelligibles en les basant sur les appuis des lignes mélodiques, mais l’ écoute attentive des enregistrements (cf : "Galerie sonore") est dans ce cas absolument indispensable, tant l’ interprétation est déterminante.

A une époque où la guitare flamenca tend à se standardiser (en particulier pour la sonorité), l’ étude du toque de Melchor de Marchena ne peut en tout cas qu’ être salutaire.

Claude Worms

Discographie sélective :

Solo :

"Maestros de la guitarra flamenca, vol.1" : Hispavox 7 992 13 2 (réédition CD / LP original : Hispavox, 1959)

"Guitarras gitanas" : collection "Grabaciones históricas, vol.9" : Universal 0601215346329 (réédition du LP "Melchor de Marchena" : Fontana, 1971 ; couplé avec le premier enregistrement d’ Enrique de Melchor : LP Philips, 1977)

"Tesoros de la guitarra gitano-andaluza" : LP Ariola, 1973 (avec Enrique de Melchor, malheureusement jamais réédité en CD)

Accompagnement du cante :

Avec Tomás Pavón : collection "Figuras del cante flamenco" : Planet Records P 506 CD

Avec La Niña de los Peines : "La Niña de los Peines, patrimonio de Andalucía" : Junta de Andalucía / Centro andalúz de flamenco

Avec Antonio Mairena : "Maestros del cante" : Hispavox 7 81 393 2

Avec Antonio Mairena : "Raíces del cante gitano" : collection "Grabaciones históricas, vol.37" : Universal 0601215349122

Avec Manolo Caracol : "Una historia del cante flamenco" (multiples rééditions CD)

Avec Luis Caballero : "El mairenismo, vol.2" : collection "Cultura jonda, vol.17" : Fonomusic CD 1416

Avec José Menese : "21 cantes (1963 - 1975)" : BMG / El Flamenco Vive 74321 90379

Avec José Menese : "Cantes flamencos básicos" : BMG / El Flamenco Vive 74321 55159

DVDs :

"Rito y geografía del cante flamenco" : RTVE, vol.6 de la réédition de Circulo Digital (Melchor de Marchena apparaît également dans d’ autres reportages, notamment ceux consacrés à Antonio Mairena et Manolo Caracol)

Bibliographie :

Ángel Álvarez Caballero : "El toque flamenco", Alianza Editorial, 2003

Norberto Torres : "Historia de la guitarra flamenca", Editorial Almuzara, 2005


Partitions

Alain Faucher : "El duende gitano de Melchor de Marchena", éditions Affédis

Claude Worms : collection "Duende flamenco", éditions Combre

JPG - 421.8 ko
Petenera / page 1

JPG - 398 ko
Petenera / page 2

JPG - 330.4 ko
Petenera / page 3 / Bulería

JPG - 396.3 ko
Serrana / page 1

JPG - 358.3 ko
Serrana / page 2

JPG - 412.6 ko
Siguiriya / page 1

JPG - 423.1 ko
Siguiriya / page 2

JPG - 408.1 ko
Siguiriya / page 3

JPG - 202.1 ko
Siguiriya / page 4

JPG - 421.8 ko
Soleá / page 1

JPG - 385.3 ko
Soleá / page 2


Galerie sonore

Bulerías : Niña de los Peines / Melchor de Marchena (1947)

Siguiriyas de El Marruro : Manolo Caracol / Melchor de Marchena (1958)

Soleares de Joaquín de Paula y Agustín Talega : Antonio Mairena / Melchor de Marchena (1964)

Peteneras : José Menese / Melchor de Marchena (1965)

Liviana, Serrana, y cambio de María Borrico : Luis Caballero / Melchor de Marchena (1971)


Niña de los Peines / Bulerías
Manolo Caracol / Siguiriyas
Antonio Mairena / Soleares
José Menese / Peteneras
Luis Caballero / Liviana, Serrana, y cambio de María Borrico




Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | visites : 6248926

Site réalisé avec SPIP 1.9.1 + ALTERNATIVES

RSSfr

Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics